Skip to content

« Vous prendrez bien un peu de pensée magique ? » « Vous avez ça en light ? »

9 mai 2016

 

 

Quand je veux réfléchir un peu, je m’exile dans les terres de certains de mes ancêtres, les terres laïques, vallonnées et radicales de l’est de la Haute-Vienne. J’étais donc il y a quelques jours à Ambazac, petit bourg de basse montagne, à une terrasse gorgée de soleil.

 

 

 

 

Une famille s’installe à proximité, pas du coin, ils sont de passage. La mère commande pour ses enfants puis pour elle :

– Et un coca light.

– Ah on n’a pas de coca on a du coca limousin produit dans la région.

– Et vous l’avez en light ?

– Ah non.

– Et il y a du sucre dedans ?

– Ben, un peu oui.

– Ah non ben alors je vais prendre un jus de fruit, vous avez du jus d’abricot ?

 

Et elle eut son jus d’abricot.

 

Je me retins pour ne pas exploser de rire. De notoriété publique, la plupart des jus de fruits, et particulièrement le jus d’abricot, contiennent plus de sucre que le coca. C’est un fait. De plus, les sodas light contiennent des édulcorants de synthèse dont l’innocuité est toujours plus en moins en débat. Il s’est donc joué quelque chose lors de cet échange. Et cette chose s’appelle pensée magique.

 

La brave mère de famille (en couple avec un néerlandais, aucun rapport, mais ça montre qu’elle a de drôles d’idées…) voulait une boisson sucrée, mais aussi prendre garde à sa ligne et à son poids. Donc, en l’absence de la magie chimique que constitue l’édulcorant de synthèse, elle se rabattit sur le sucre naturel des fruits, qui ne peut être que bon puisqu’il est naturel.

 

Sauf que non. Le sucre contenu dans les fruits a exactement le même effet sur le poids et la ligne que celui contenu dans un soda sucré. Et il y en a plus par volume dans certains jus de fruits que dans un soda sucré, et notamment dans le jus d’abricot, un des plus sucrés de tous ! Il y a certes une proportion de fructose légèrement différente dans un jus de fruits par rapport à un soda. Sauf qu’en termes nutritionnels, le fructose a exactement les mêmes calories que le glucose et le saccharose, les deux autres sucres pouvant être contenus dans ces deux types de boissons.

 

D’où vient alors cette idée magique ? « La nature, c’est bon pour la santé. » Sauf les mygales, les ouragans, le datura et le choléra, entre autres… « Bois du jus d’orange, ça te donnera des vitamines, donc de l’énergie ! » Ce qui est bidon. Certaines vitamines aident certaines enzymes qui participent à produire de l’énergie à partir de certains nutriments. De toute façon, il est assez rare en France d’avoir des carences graves en vitamines, à part la vitamine D par manque d’exposition au soleil.

 

Ce qu’aurait dû commander cette brave femme, c’est une eau gazeuse. Ou même un verre d’eau du robinet, c’est gratuit ! Cela dit, j’imagine qu’elle doit faire partie de cette infâme secte des gens qui ne font pas confiance à l’eau du robinet et achètent des monceaux de bouteilles en plastique polluantes. Oui, c’est gratuit, mais la pensée magique c’est souvent un art de vivre.

 

La culture McDo nous a habitués à boire des sodas, et la culture « fashion victim » nous a habitués à craindre d’être trop gros. Notamment les femmes, mais pas seulement. On se retrouve donc dans cette situation : « ma potion magique (le light) ou rien ! » Et forcément, dès qu’on a une potion magique, on ne sait plus trop comment s’en passer, on ne réfléchit plus trop au pourquoi du comment, et on fait des choix à la con quand on doit la remplacer.

 

Je vais pas faire long pour une fois. Pour voir, j’ai donc commandé pour ma part ce coca limousin. Il s’appelle Limouzi Cola, je n’ai pas d’actions chez eux, mais il est bon. Le Limouzi Cola est à la pomme et à la châtaigne, emblèmes du Limousin, mais celui qu’on m’a servi est le « Classic », au goût de coca. Je n’ai pas trouvé ses informations nutritionnelles, mais il y a fort à parier qu’il contient grosso modo autant de sucre que le coca normal. Moins donc que le jus d’abricot… Et en plus c’est une production locale ! Notre mère de famille batavophile et abricophile de passage a loupé une bonne occasion de faire fonctionner l’économie du coin, dommage !

 

Ironie du sort, ils font une version « light », le Limouzi Cola Niet, mais ils n’en avaient pas dans ce café. Il faut dire qu’en Limousin, ma compagne d’alors m’avait dit il y a quelques années que les femmes s’habillaient avec moins de complexes par rapport à leur ligne et leur poids qu’ailleurs. La laïcité, les vallons et la radicalité protègeraient-ils de la pensée magique ? À moins que ce ne soient les pommes et les châtaignes ? Sans doute pas l’abricot en tout cas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :