Skip to content

Chant de solstice

19 décembre 2015

Bientôt nous sortirons de ces froides ténèbres ;
Bonjour, allongement de la durée des jours !
J’entends déjà clamer le peuple qui célèbre
Le retour éternel du printemps qui accourt.

Qu’il s’immisce en mon être aussitôt que les nuits
Rendront au vieux Chronos ce qui lui est de droit.
Je veux revoir Hélios, son éclat quand il luit
Et quand il chasse en chœur et la peur et le froid.

Ainsi la puce saute, ainsi croît la lumière,
Ainsi le noir broyé s’efface des paupières,
Ainsi s’ouvrent les yeux, sereins et bienveillants,
Ainsi le cœur retrouve un dessein attrayant.

Une aurore annuelle, une vraie renaissance,
Dissipe les nuées, réveille les couleurs.
Ma psyché, sans arrêt torturée par essence
En s’abreuvant de rose évanouit ses douleurs.

C’était hier l’automne : arrive enfin l’hiver !
Ce poème aurait pu s’achever en dix vers…

Publicités

From → Personnel, Vrac

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :