Skip to content

La consommation d’animaux morts cuits préserve magiquement des effets de l’ivresse au volant.

5 juillet 2012

C’est en effet ce qu’il faut conclure d’une histoire qui vient de m’arriver.

Aire de Longeville-lès-Saint-Avold sur l’autoroute A4, restaurant Flunch. Mon plateau se compose d’une entrée, assiette d’asperges et jambon cru, d’un plat, assiette de légumes à volonté, d’un pain au sésame, d’un éclair au café, et d’une bière, Grimbergen brassin de Noël en l’occurrence. Je passe en caisse en déclarant mon intention de prendre une assiette de légumes. S’entame alors avec la caissière ce curieux dialogue :

Elle – « Ah par contre pour l’alcool il faut prendre un repas complet. »

Moi – (regardant mon plateau) « Ben c’est un repas complet : j’ai une entrée, un plat et un dessert. »

Elle – « Non mais ça veut dire une viande ou un poisson. »

Une pause…

Moi – « Ah c’est bizarre ça. Mais je vais manger le même nombre de calories, le même poids de nourriture avec une assiette de légumes à volonté. »

Elle – « C’est comme ça. »

Moi – « Ça alors j’avais jamais vu ça. » (puis, voyant mon jambon dans l’entrée) « Mais au fait j’ai de la viande, j’ai du jambon cru dans mon entrée, ça fait un repas complet ! »

Elle – « Il faut un plat complet avec viande ou poisson. »

 

Ne sachant que trop combien les salariés ont de problèmes avec leurs employeurs sans avoir à en rajouter en tant que client, je décide alors d’arrêter là l’absurdité, rend ma bière, et poursuis mon chemin. L’assiette de légumes que je me sers n’a rien à envier à n’importe quel plat avec de la viande ou du poisson.

Que peut-on retirer comme enseignement de ce summum d’absurdité ?

Après une courte recherche, il semble qu’une disposition (Code de la santé publique ?) impose la prise d’un plat chaud avec une consommation d’alcool dans les restaurants des aires de repos d’autoroutes. Flunch décide donc de considérer qu’une assiette de légumes à volonté n’est pas un plat chaud.

S’il arrive parfois en effet que les bacs de légumes à volonté que Flunch propose refroidissent, on peut quand même raisonnablement compter sur une assiette chaude, donc un plat chaud. La caissière qui impose la prise d’un repas « complet », reproduisant là bien sûr les consignes que ses chefs lui ont donné, ajoute donc une exigence que la réglementation ne semble pas imposer.

Il faut bien sûr en rechercher la cause sur le volet financier. Flunch vend une assiette de légumes à volonté à 4,50 €. La moindre viande ou le moindre poisson coûte au moins 2 € de plus, et ensuite les légumes sont gratuits et à volonté.

En toute logique, il faut donc considérer que Flunch profite d’une réglementation censée protéger la santé publique en protégeant la sécurité routière pour se créer un petit bénéfice. Ils créent pour cela la première obligation de consommer des animaux morts cuits que j’aie pu constater.

Il y aurait des choses drôles à faire pour pousser le raisonnement par l’absurde. La première serait d’appeler le responsable, puis son responsable, jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit obligé de reconnaître leur erreur (leur tricherie) et vous vende votre bière. Plus drôle serait le fait de reposer tous ses achats, d’aller demander au grill un steak haché, et de revenir à la caisse avec uniquement ce steak et une bière. On peut aussi varier en demandant au cuisinier de ne pas cuire le steak haché et de demander si « ça marche si l’animal mort n’est pas cuit ? » ou en demandant seulement la moitié ou le quart du steak.

L’exemple est en tout cas révélateur de l’application bête et méchante de consignes absurdes, rendue généralisée par la peur de la perte de son emploi qui taraude les trois quarts des salariés chaque jour. La caissière que j’ai croisée n’était pas plus bête qu’une autre. En temps normal, et même en tant que cliente dans un autre restaurant, elle aurait trouvé la consigne et son effet tout aussi absurdes que moi. Mais lorsque la possibilité d’une faute, donc d’une sanction, si minime soit-elle, plane, point de raison à l’horizon, on range tout ça, on courbe l’échine et on obéit.

L’expérience est aussi révélatrice du statut du végétarisme en France. Flunch propose bel et bien une assiette de légumes, il a la décence de la proposer moins chère que les plats à base d’animaux morts, mais déjà la différence ne correspond pas au coût réel comparé des végétaux et de la chair. De plus, il considère tout de même que ladite assiette de légumes n’est pas un « vrai plat », un « plat complet ». En France, lorsqu’on affecte de manger moins d’animaux morts, on se heurte encore bien trop souvent à une incompréhension complète de la démarche : sans parler des moqueries, soit on vous met quatre fois la quantité de légumes dans l’assiette en croyant que vous allez mourir de faim dans la demi-heure si vous n’avez pas votre dose de Charolais, soit vous êtes confrontés à une absence totale de choix sans chair animale. C’est le cas dans la plupart des restaurants, à part la sempiternelle salade de chèvre chaud dont on a vite marre, et même pour les sandwiches : parfois, un oeuf-crudités ou un fromage-crudités vient illuminer le casse-croûte, mais en règle générale, c’est chair à tous les étages. Souvent, c’est cher aussi.

Il y a donc lieu de se poser la question presque psychanalytique : qu’est-ce que les Français croient que la viande leur apporte comme pouvoirs magiques ?

Pour Flunch, en tout cas, il semble que ce soit l’immunité contre l’ivresse au volant !

Hollande devrait remplacer les radars automatiques par des Hippopotamus…

Publicités
One Comment
  1. there are lots of bad posts around internet, so it’s very good that i found your website which is so good.http://www.boliche.com.br/email.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :